Rechercher
  • L.-J. Wagner

L'Entre-deux projets...

Quand on vient de publier un roman et d'achever l’écriture d’un autre, que peut-on faire de ce laps de temps qui nous est offert ? Entre réflexions et réalisations, c’est tout un vertige avant de retrouver le frisson de la création.

Gangrène, une histoire d’amour est un roman que je ne pensais jamais vouer à la publication. C’était un doux rêve qui, par le truchement du hasard d’une annonce parcourue sur les réseaux sociaux, est devenu réalité. Le livre existe bel et bien. Il a été lu, critiqué, chroniqué et vit désormais son existence tranquillement, dans les étals de librairies qui ont bien voulu de lui, ou dans les étagères de ses lecteurs. Si tout va bien, il devrait être suivi d’une pièce de théâtre, Odieux festin !, dont j’ai hâte de connaître la destinée. Entre ces deux publications, l’incertitude. Il y a bien évidemment la vie quotidienne qui reprend le dessus, même si elle est actuellement bouleversée par l’épidémie que nous connaissons tous et qui chamboule nos habitudes. Elle nous offre également du temps pour nous, pour réfléchir sur nos vies, pour imaginer, créer aussi, même quand on ne l'a jamais osé. Les maisons d’édition regorgent d’ailleurs de manuscrits rédigés pendant les premier et second confinements, tant beaucoup se sont découvert des talents ou velléités d’écriture.

Je fais partie de cette catégorie. J’ai écrit, finalement, alors que je n’avais pas forcément prévu de le faire. J’ai déjà terminé l'an dernier le premier tome d'une saga de science-fiction young adult et j’ignore encore s’il sera publié un jour ou non. En attendant, ses deux suites ne demandent qu'à être inventées. Mais l’été dernier, j’ai été pris d’une fringale d’écriture et un nouveau roman, totalement imprévu, a vu le jour. Il a surgi entièrement au détour de sa première phrase. Je l’ai laissé ensuite mariner dans son propre jus. Avant de le redécouvrir, il y a quelques semaines. C’était comme lire l’œuvre d’un autre qui vous ressemble pourtant. Mais là encore, que faire de ce roman que je fignole jour après jour ? Le laisser reposer à nouveau dans son tiroir numérique ? L’exposer au grand jour et tenter de le faire publier ? Ou passer directement à autre chose ?

Car nombre de projets d’écriture se bousculent dans ma tête : un recueil de nouvelles dont la moitié est déjà rédigée, ainsi que deux-trois romans qui m’habitent depuis longtemps et qui semblent vouloir germer à leur tour. Mais il y a aussi cette petite uchronie dont j’ai rédigé les premières pages. Rajoutons à cela quelques bouleversements dans ma vie personnelle et voici que j’ignore désormais ce que je dois faire de ce laps de temps qui s'offre à moi !


Je n’ai jamais su prendre du temps pour moi, rien que pour moi. Je peuple toujours mon esprit d’histoires que je ne rédige pourtant pas forcément, dont j'attends qu'elles me demandent de naître enfin. À l’aube d’un futur (?) confinement, peut-être que cela vaudrait la peine de se poser quelques instants, sans rien faire d’autre que de penser au moment présent, sans faire la moindre projection, sans se lancer dans le plus infime des projets. Peut-être que de cette latence, trouverai-je la voie à suivre ? C’est toute une expérience que de se retrouver face à soi-même, sans personnages imaginaires pour vous guider... La résolution de 2021 ?

11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

© 2020 by L.-J.Wagner.